Les panoramiques de François Folcher.

 

Si vous le questionnez, il vous répond que ces montages étranges sont autant de clins d’œil cinématographiques. Et pour en témoigner, il y a un lion qui baille sur une photographie. Il n’a utilisé qu’un objectif standard, car le grand-angle distancie tout. Puis il a superposé les tirages sur son ordinateur, jouant de la vision première. Après coup, l’ambiguité de l’image fixe lui est apparue comme un ressort inconscient. Entre les déclenchements -trois, cinq, six, sept ou neuf- il a dû s’écouler une seconde ou plusieurs. Ainsi, sur la rive du fleuve, un homme apparaît deux fois, il faut le savoir pour le voir, ou du moins le chercher.

François Folcher a découvert l’Afrique en 1994, mais ses panoramiques sont liés à deux longues traversées, cinq mois en tout, en 2003 et 2005. Ils couvrent plusieurs pays, et leur petit nombre ne suffit pas à leur donner un sens documentaire. Pour autant, ils font naître quelque chose d’immédiat. Dans chacun d’eux, il semble que la terre se soulève et vacille, comme les trompes des éléphants à  l’annonce d’un danger lointain. Des hommes et des femmes sont absorbés dans des efforts impénétrables, une caravane traverse le désert, une éolienne semble posée à la seule fin de rafraîchir les quelques arbres qui l’entourent. Tous ces éléments appartiennent à des décors classés, immédiatement reconnaissables, et pourtant chaque regard qu’on leur porte nous informent sur ce qu’ils sont, qu’il nous paraît découvrir.

Un simple coup de vent suffit à bousculer l’équilibre du monde -comme l’horizon changeant d’un appareil tenu à main levée. Je ne sais si, à contempler ces images, le sentiment de fragilité l’emporte sur la sobriété d’un art qui touche à sa maturité.  Peut-être n’y a-t-il pas ici de vraie contradiction.

Olivier Favier, octobre 2010.

 

Exposition à Paris Galerie Basia Embiricos Éditions MBE Entrée sur cour, 14 rue des Jardins Saint Paul ou 15 rue Saint Paul, 4ème arrondissement.

 

Du mercredi 17 Novembre au lundi 23 Novembre (inclus) de 13h30 à 18h30.

Entrée sur cour, 14 rue des Jardins Saint Paul ou 15 rue Saint Paul 75004

Merci à Pierre Durieu -librairie Mazarine- pour m’avoir fait découvrir l’œuvre de François Folcher.

 

François Folcher 2003-2005. Reproduction interdite sans le consentement de l'auteur.

François Folcher, 2003-2005. Reproduction interdite sans le consentement de l'auteur.