L’Italie derrière la mémoire

Franco Basaglia, pionnier de l’antipsychiatrie, en 1979, photographié par Harald Bischoff. Il fut le promoteur de la « loi 180 », dite « loi Basaglia, votée le 13 mai 1978. Cette loi prévoyait le démantèlement progressif des asiles psychiatriques comme structure d’enfermement . Le 22 mai 1978, fut votée la loi 194 légalisant l’avortement en espace sanitaire public dans les trois premiers mois de la grossesse -et jusqu’au cinquième mois pour raison médicale. Dix ans après mai 1968, l’Italie franchissait deux étapes décisives dans sa lutte pour l’émancipation. On ne peut que s’étonner dès lors que la mémoire de ce mois-là se soit fixée sur l’assassinat d’Aldo Moro par les Brigades rouges, le 9, comme coup d’arrêt d’un « mouvement » assurément protéiforme et que ce groupe armé ne représentait en rien.

En guise d’introduction, cet essai éponyme écrit à Rome durant l’été 2013 comme préface d’un livre à venir. Pour les événements récents, voir aussi la rubrique contre-actualité.

 Vingtième siècle:
Années 1970:

Voir aussi:

  • Certains étaient communistes, par Giorgio Gaber.
  • Corps d’état, l’affaire Moro (extrait), par Marco Baliani. Dans ce texte, Marco Baliani, fondateur du théâtre-récit, raconte l’enlèvement d’Aldo Moro et son exécution par les Brigades rouges, en faisant appel à ses souvenirs. Au travers de cette reconstitution subjective, il nous donne un tableau vivant de l’Italie de la fin des années 1970, ses espoirs et ses illusions perdues.
  • Il y aura sûrement, par Andrea di Consoli.
  • Du terrorisme, par Guy Debord.
 Deuxième guerre mondiale, fascisme historique:

Les traces architecturales du fascisme à Rome:

Voir aussi:

Colonisation italienne
Émigration italienne
  •  Une vie meilleure, par Olivier Favier. Ce texte a été publié en préface à Edmondo de Amicis, Sur l’océan, Paris, Payot, 2004.

Voir aussi:

Dix-neuvième siècle