Massacre de Thiaroye, vers un mensonge d’état? entretien avec Armelle Mabon.

 
« La France doit aussi admettre que le chiffre officiel n’est pas de 35 morts. Sur les dossiers des victimes, est tamponnée la mention « Pas mort pour la France ». Il faut que la France reconnaisse qu’ils sont précisément morts pour elle.

Sans ce courage politique, les peuples d’Afrique qui savent depuis 70 ans que la vérité sur Thiaroye n’a jamais été dite, risquent de percevoir ces événements autour de Thiaroye comme un affront.

Quant à l’Armée, je ne pense pas qu’elle souhaite que le couvercle se referme hermétiquement. Il en va de son honneur.

Il faut préciser que le ministre des Colonies, au vu des rapports que l’on sait maintenant mensongers, avait indiqué que la répression armée était indispensable. Si l’État français refuse de reconnaître le massacre, la spoliation, le procès mené à charge, il y aura alors un mensonge d’État. »

Armelle Mabon

Radio passagers, la voix des migrants, questions à Léonard Vincent.

 
« Au départ, lorsque j’ai eu cette idée d’une radio gratuite et téléchargeable pour les migrants, j’ai fait le tour de quelques institutions et entreprises. Tout le monde m’a répondu la même chose, ou à peu près: l’idée est formidable, on pourrait vous aider, mais il faut d’abord remplir des dossiers, monter une entreprise, répondre à des appels d’offres, démarcher, prendre des rendez-vous aux quatre coins de l’Europe, s’intégrer à des lignes budgétaires prédéfinies, prouver la rentabilité d’un modèle économique… Mon idée est donc de commencer à produire d’abord, et de faire tout cela après. Je pense qu’il vaut mieux aller faire toutes ces démarches sur la base d’une radio qui produit et d’un auditorat qui écoute, plutôt que le plus joli dossier du monde en quatre couleurs, avec de belles feuilles Excel ultra-complexes et sa plus belle cravate. Pour moi, notre temps exige d’ouvrir les portes à coups de pied, ou alors d’accepter de rester pour l’éternité dans la salle d’attente. »

Léonard Vincent