Rubrique : Cartes postales

Rome, par Carlo Bordini.

 
« On ne perçoit jamais le danger à Rome, tout comme la mort; à Rome on peut être agressés sans s’en apercevoir, parce que tout rebondit sur la consistance caoutchouteuse de cette ville. »

Carlo Bordini

Les yeux inévitables, par Olivier Favier.

 
« Tous les secrets du temps sont clos dans la lumière. »

Olivier Favier

Vénétie barbare de mousses et de brumes, par Goffredo Parise.

 
« Si la Méditerranée recèle des trésors cachés d’art et de culture comme les bronzes de Riace (qui semblent d’improbables créatures vivantes), dans cette terre de Vénétie vivaient pourtant avec leurs elfes et leurs kobolds les cultures nordiques et barbares, non plus méditerranéennes mais forestières, champignonneuses et moussues, gelées et embrumées, l’imagination d’Andersen et des frères Grimm, les steppes de Russie et ses synagogues. »

Goffredo Parise

Maison Breton et Parking Éluard, par Olivier Favier.

 
« À Paris, faut-il croire, le siècle qui court des Fleurs du mal et Madame Bovary – tous deux de 1857- au Discours de Suède et au Balcon en forêt – publiés l’un et l’autre en 1958 – de loin le plus riche de la littérature et de la poésie françaises, est destiné à ne pas faire patrimoine. »

Olivier Favier

La ville de Laon, par Champfleury.

« De quelque côté que vienne le voyageur, de Paris, du Soissonnais, de la Flandre française ou des Ardennes, la montagne de Laon et sa gothique cathédrale apparaissent à l’extrémité de longues avenues de peupliers. La montagne semble inséparable de la cathédrale comme la cathédrale l’est de la montagne: l’une ne saurait se passer de l’autre. L’architecte a trouvé dans la nature un majestueux piédestal qui donne du relief aux principales lignes de la statue. »

Champfleury

Le Manoir d’Ango, par André Breton.

« Le Manoir d’Ango où l’on m’a offert de me tenir, quand je voudrais ne pas être dérangé, dans une cahute masquée artificiellement de broussailles, à la lisière d’un bois, où d’où je pourrais, tout en m’occupant par ailleurs à mon gré, chasser au grand-duc. »

André Breton

Le château de Villers-Cotterêts, par Alexandre Dumas.

« De ce beau château, ancienne maison de plaisance des ducs d’Orléans, la République avait fait une caserne, et l’Empire un dépôt de mendicité. »

Alexandre Dumas

Makdachaou 1331 (Mogadiscio), par Ibn Battûta.

« C’est à Makdachaou que l’on fabrique les étoffes qui tirent leur nom de celui de cette ville, et qui n’ont pas leurs pareilles. De Makdachaou, on les exporte en Égypte et ailleurs. »

Ibn Battûta

Atmosphère de Paris, par Eugène Dabit.

« Certes, il ne s’agit pas d’une littérature de classe, mais d’une foule qu’il faut tirer de l’oubli, dont on doit dessiner le visage, dire les souffrances et les joies, les deuils et les espérances. »

Eugène Dabit

Les jardins au-delà des fortifs, par Olivier Favier.

« Les cabanes ont gardé leur caractère hétéroclite. Ceux qui, venus du Portugal, d’Espagne ou d’Italie, ont connu la précarité des Trente Glorieuses, les appellent encore les baraques. La taule et le bois y voisinent avec les matériaux de récupération. On y élève parfois des lapins ou des poules. »

Olivier Favier