Pantoufles, par Attilio Lolini.

 
La nuit arrive en avance
efface le jour
comme une éponge

étend sur les trottoirs
une longue robe froncée

elle entre par les fenêtres
comme une femme épuisée
comme un vent essoufflé

elle respire et dit des paroles mauvaises
à qui l’écoute

elle se glisse dans les lits

alors que la ville se lève
en mettant ses pantoufles.

Poème extrait de Carte da sandwidch, Torino, Einaudi, 2013.

 

PANTOFOLE

La notte viene in anticipo
cancella il giorno
come una spugna

stende sui marciapiedi
une lunga veste increspata

entra nelle finestre
come una donna stanca
come un vento affannoso

respira e dice parole cattive
a chi l’ascolta

scivola nei letti

mentre la città s’alza
mettendo le pantofole