Il y a quelque chose d’obscène, par Carlo Bordini.

 

Nous qui
sommes tout entier recroquevillés dans nos rêves
nous savons que
Il y a quelque chose d’obscène dans les rêves d’autrui
Il y a quelque chose d’obscène
qui consiste dans le fait que les rêves d’autrui sont / absurdement / et épouvantablement
pareils aux nôtres
et dévoilent la honte
de nos rêves privés

leur petitesse infantile

leur caractère honteusement (pour nous) préfabriqué
et puisque ils sont tous pareils nous sommes jaloux d’eux
et nous les haïssons quand nous savons qu’ils sont rêvés par d’autres personnes
trouvant obscène que d’autres personnes rêvent nos propres choses intimes,
et découvrant chez les autres notre propre honte privée
qui est rendue publique par le fait que les autres peuvent connaître minutieusement notre rêve
nous voudrions qu’il soit seulement le nôtre et que personne d’autre ne puisse le connaître
même si nous en avons fait l’acquisition avant-hier au supermarché de la conscience
où l’on soldait un stock avarié
qui nous a attirés avec son offre facile.
Et comme l’amant qui préfère tuer celle qu’il aime et qui le fuit
ou le mythique héros de la Grèce antique
qui solde pour trois fois rien un tremblement de terre de fines herbes
nous, comme le Minotaure, nous nous fracassons la tête dans le labyrinthe anguleux,
en nageant heureux dans les gorges de l’immense galaxie
où nos esprits se sont égarés dans un enchevêtrement aveugle

Bio-bibliographie de Carlo Bordini à la suite du poème Les Gestes. Traduit par Olivier Favier.

 

C’È QUALCOSA DI OSCENO

Noi che
siamo tutti rannicchiati nei nostri sogni
sappiamo che
C’è qualcosa di osceno nei sogni altrui
C’è qualcosa di osceno
che consiste nel fatto che i sogni altrui sono /assurdamente/ e spaventosamente
uguali ai nostri
e svelano la vergogna
dei nostri sogni privati

la loro pochezza infantile

il loro carattere vergognosamente (per noi) prefabbricato
e poiché sono tutti uguali noi siamo gelosi di essi
e li odiamo quando sappiamo che essi sono sognati da altre persone
trovando osceno che altre persone sognino le nostre stesse cose intime;
e scoprendo negli altri la nostra stessa vergogna privata
che è resa pubblica dal fatto che gli altri possono conoscere minuziosamente il nostro sogno
vorremmo che sia solo nostro e che nessun altro potesse conoscerlo
anche se lo abbiamo acquistato l’altroieri al supermercato della coscienza
dove c’era la svendita di uno stock avariato
che ci ha attirati con la sua facile offerta.
E come l’amante che preferisce uccidere la propria amata fuggitiva
o il mitico eroe dell’antica Grecia
svende in pochi spiccioli un terremoto di fine erbe
noi, come il Minotauro, fracassiamo le nostre teste nello spigoloso labirinto,
nuotando felici nei gorghi dell’immensa galassia
dove le nostre menti si sono sperdute in un intrico cieco

Tratto da Carlo Bordini, I costruttori di vulcani, Luca Sossella, Bologna, 2010.