Aucune chanson n’est innocente: Portugal, 24 avril 1974, par Isabel Violante.

 
Avec la ballade « E depois do adeus », (Musique de José Calvário et paroles de José Niza), Paulo de Carvalho remporte le Festival de la RTP (Radio-Télévision Portugaise) en 1974 et participe au Concours eurovision cette même année, où il termine dernier. 
C’est cette chanson d’amour qui est le tout premier signal de déclenchement de la Révolution des Œillets (juste avant « Grândola, Vila Morena » de Zeca Afonso).

À écouter:

Le témoignage recueilli par Elsa Cornevin et Anne Fleury dans leur documentaire Portugal, 25 avril 1974: Voyage au cœur d’une révolution du 22 avril 2014 pour La Fabrique de l’histoire sur France Culture. La chanson de Paulo de Carvahlo est évoquée à 29’02 ».

Le premier signal, « une chanson qui n’éveille aucun soupçon vis-à-vis du régime », est émis à 22h55 sur la radio Emissores Associados de Lisboa le 24 avril 1974, à l’adresse des organisateurs du mouvement. Lorsque le second signal est diffusé sur Rádio Renascença à 00h20 le 25 avril, tous les partisans de la Révolution savent que les opérations sont lancées, et qu’elles sont irréversibles. La chanson contestataire de Zeca Alonso -évidemment interdite par le régime fasciste de Marcelo Caetano, successeur d’António Salazar depuis 1968- est aussi un message clair envoyé aux auditeurs pour signifier que le renversement du régime est en cours, et les appeler à se mobiliser à leur tour.

Après notre adieu

J’ai voulu savoir qui je suis
Ce que je fais ici
Qui m’a abandonné
Qui j’ai oublié
J’ai voulu me retrouver
Avoir des nouvelles de nous
Mais la mer
Ne me ramène pas
Ta voix.

Dans ce silence, mon amour,
Dans la tristesse et la fin,
Je te sens en fleur,
Et je souffre pour toi,
Je me souviens de toi
Car partir c’est mourir
Tout comme aimer
C’est gagner
Et c’est perdre.

Tu es venue en fleur
Et je t’ai effeuillée,
Tu t’es donnée par amour
Et je ne t’ai rien donné.
Dans ton corps, mon amour,
Je me suis endormi.
J’y ai trouvé la mort
Et en mourant
La renaissance.

Et après l’amour
Et après nous deux
Nous disant adieu
Puis chacun est seul.
Ta place qui est vide
Ton absence en moi
Ta paix
Que j’ai perdue
Ma douleur
Que j’ai apprise
Tu es revenue en fleur
Et je t’ai effeuillée.

Et après l’amour
Et après nous deux
L’adieu
Chacun est seul.

Traduit par Isabel Violante.

E depois do adeus

Quis saber quem sou
O que faço aqui
Quem me abandonou
De quem me esqueci
Perguntei por mim
Quis saber de nós
Mas o mar
Não me traz
Tua voz.

Em silêncio, amor
Em tristeza e fim
Eu te sinto, em flor
Eu te sofro, em mim
Eu te lembro, assim
Partir é morrer
Como amar
É ganhar
E perder

Tu vieste em flor
Eu te desfolhei
Tu te deste em amor
Eu nada te dei
Em teu corpo, amor
Eu adormeci
Morri nele
E ao morrer
Renasci

E depois do amor
E depois de nós
O dizer adeus
O ficarmos sós
Teu lugar a mais
Tua ausência em mim
Tua paz
Que perdi
Minha dor
Que aprendi
De novo vieste em flor
Te desfolhei…

E depois do amor
E depois de nós
O adeus
O ficarmos sós

Capitaines d'avril, un film

Capitaines d’avril (2000), un film de Maria de Medeiros. « J’ai toujours imaginé la Révolution portugaise comme un film d’aventures. Ayant longuement consulté ses véritables protagonistes, je sais qu’eux-mêmes se sont vus, ce jour-là, un peu comme des héros hollywoodiens. »

Pour aller plus loin: