Tentative de description d’un dîner de têtes à Paris-France, par Jacques Prévert.

« Dehors, c’est le printemps, les animaux, les fleurs, dans les bois de Clamart on entend les clameurs des enfants qui se marrent, c’est le printemps, l’aiguille s’affole dans sa boussole, le binocard entre au bocard et la grande dolichocéphale sur son sofa s’affale et fait la folle. »

Jacques Prévert

Les saisons, par Guillaume Apollinaire.

« Dis l’as-tu vu Guy au galop
Du temps qu’il était militaire
Dis l’as-tu vu Guy au galop
Du temps qu’il était artiflot
À la guerre »

Guillaume Apollinaire

Le château de Villers-Cotterêts, par Alexandre Dumas.

« De ce beau château, ancienne maison de plaisance des ducs d’Orléans, la République avait fait une caserne, et l’Empire un dépôt de mendicité. »

Alexandre Dumas

Aux peuples assassinés, par Romain Rolland.

« Les horreurs accomplies dans ces trente derniers mois ont rudement secoué les âmes d’Occident. Le martyre de la Belgique, de la Serbie, de la Pologne, de tous les pauvres pays de l’Ouest et de l’Est foulés par l’invasion, ne peut plus s’oublier. Mais ces iniquités qui nous révoltent, parce que nous en sommes victimes, voici cinquante ans,—cinquante ans seulement?—que la civilisation d’Europe les accomplit ou les laisse accomplir autour d’elle. »

Romain Rolland

Pequeña crónica filosófica de la crisis en España, por Hedwig Marzolf.

« ¿La crisis no mata? No mata directamente, no de una manera visible.

La invisibilidad la hace invencible: no se lucha contra un enemigo invisible. »

Hedwig Marzolf

Petite chronique philosophique de la crise en Espagne, par Hedwig Marzolf.

« La crise ne tue pas ? Elle ne tue pas directement, pas visiblement.

L’invisibilité lui donne l’invincibilité : on ne se bat pas avec un ennemi invisible. »

Hedwig Marzolf

L’assassinat de Jean Jaurès, par Henri Guilbeaux.

« Le soir du 31 juillet, sur les dix heures, on entendit tout d’un coup une sinistre et rauque clameur unanime: Édition spéciale! Assassinat de Jean Jaurès! Je n’oublierai jamais le retentissement de cette clameur en moi, la marée montante de cette rumeur dans Belleville! »

Henri Guilbeaux

La résistance au coup-d’État dans les Basses-Alpes ( 4-15 décembre 1851), par Olivier Favier.

« La composante rurale et le rôle joué par les sociétés montagnardes, reconnu, voire grandi par les autorités, ont alimenté deux versions officielles et difficilement conciliables de l’insurrection basse-alpine: la jacquerie et le complot. Par sa forte composante agricole, elle ne pouvait entrer du reste dans la légende marxiste. Or, si le manque de communications a permis l’illusion d’une insurrection générale, il semble qu’un certain nombre de facteurs ont fait naître -cas unique en France- un processus révolutionnaire immédiat et organisé. »

Olivier Favier

François Arago, le Panthéon et la République imaginaire (23 juin 1848), par Olivier Favier.

« Si Tocqueville ou Lamartine opposent la populace au peuple et parlent de “guerre servile”, Marx inverse leur jugement, faisant des gardes mobiles, non des défenseurs de l’ordre, mais un Lumpenproletariat armé contre le prolétariat. Les historiens montreront que rien ne distinguaient en fait socialement ces instruments de la bourgeoisie des insurgés qu’ils écrasent. »

Olivier Favier

Déchirure, par Ubax Cristina Ali Farah.

« Dans le groupe des femmes
Je suis de mère européenne,
cela me différencie. »

Ubax Cristina Ali Farah