La ville de Saint-Étienne (1828), par Jules Janin.

« Si l’on vous disait sérieusement : il existe à cent lieues de la Chaussée-d’Antin une ville de forgerons et de charbonniers presqu’aussi riche que la ville de Paris, entourée (et voilà fête) de bruit, de fumée et d’une poussière éternelle, une ville étrange, hors du monde et de tous les mondes connus, qui n’entend parler que de loin en loin, de nos plaisirs de chaque jour, de Rossini et de mademoiselle Mars. »

Jules Janin

Les trois talismans, par Guido Gozzano.

« Quand les poules avaient des dents
Et que la neige tombait noire
Écoutez moi bien les enfants
Écoutez, écoutez l’histoire »

Guido Gozzano

Une visite à Jules Verne, par Edmondo de Amicis.

« Nous sommes allés rencontrer Jules Verne à Amiens. C’est là qu’il vit toute l’année, à deux heures et demie de Paris en chemin de fer. »

Edmondo de Amicis

Poesía para Medellín, de Carlo Bordini.

« En una foto de los sobrevivientes de una inundación
un hombre camina por el agua que le llega al pecho
un perro nada a su lado, pero se ve que el hombre lo conduce
con una mano »

Carlo Bordini

Poésie pour Medellin, par Carlo Bordini.

« comme si la vie était un jeu
à affronter avec légèreté. »

Carlo Bordini

Fácil profecía, de Carlo Bordini.

« Las máquinas se moverán por su propia autónoma
voluntad, y serán seres vivos. »

Carlo Bordini

Facile prophétie, par Carlo Bordini.

« Les machines se déplaceront de leur propre autonome
volonté, et elles seront vivantes. »

Carlo Bordini